INTERVIEW SalsaBelgique (traduction FR voir en bas)

SalsaBelgique interview with Oscar & Conny - February 2005

(traduction FR voir en bas)


1-So when did you guys actually start dancing salsa?
OSCAR: I have been dancing since I was very young, but I made the switch to dancing on the "2" after meeting my wife Conny in the summer of 1996. We have been dancing as a couple ever since.

CONNY: I started taking salsa class end of 1993, when I discovered the Pianofabriek. But I already was "shaking my body" on salsa and merenque music in the Cartagena (Salsa Club in Brussels) and on Summer Festivals, since the beginning of the nineties…


2-How long did it take you before you started teaching?
OSCAR: I started teaching in 1998 with Conny in Brussels after taking intense classes with Eddie Torres for over a year.

CONNY: As of January 1994, our Pianofabriek salsa teacher asked me to assist him, which I did for the next 2,5 years. Then I assisted Yamilet Jarvis, a professional Cuban salsa teacher/choreographer for another year. I started teaching as an independent teacher as of April 1997.


3-How do you think salsa has changed from when you started out?
OSCAR & CONNY: When we started out, the New York "2" had gone international but was very limited. For most Europeans, Cuba and Colombia was the only place that produced salsa music and where it was danced. The fever of the salsa congress had not spread yet, and Timba was the latest musical craze out of Cuba.
Currently the salsa scene has matured tremendously, salsa congresses have been established all over the world. Europe and the rest of the world has discovered that New York has a salsa scene, and that you can dance salsa on the "2".
Another great improvement in the salsa scene has been the maturing of the DJ's, who also discovered that great music was being produced in New York.


4-I am interested to know what you think the difference is between dancing on different beats-be it one, two, whatever...what type of impact does it have on your dancing, when you dance on the two ? How do you hear the music, etc?
OSCAR: Dancing on the "2" gives me the opportunity to dance in the basic rhythmic pattern of the music, which is provided by the clave, conga and bass in salsa.
The people who dance on "1" listen to the melodic pattern in the music but miss the essence and the richness that is provided by the foundation of the music, which is its rhythm.
The impact that I get from listening to rhythm is that it makes it easy to play with the music. It gives me the ability to improvise on the dance floor just like the musicians do when they play a solo.

CONNY: If I analyze the music, while I am dancing, I hear much better the upbeats (2-4-6-8). If I put my dancing accent on these beats, I have the impression I dance much more relax, than if I have to follow the downbeats (1-3-5-7). If a person dances more relax, his/hers dancing also looks much prettier…


5-Who were are your biggest inspirations in the salsa world? Who has had a big impact on making you who you are now?
OSCAR: I started dancing on the "2" with Eddie Torres, he was my first inspiration. With Eddie I learned many of the steps that I still use today: his classes gave me a strong foundation. The person who has had the biggest impact in my dancing is Delille Thomas. At Delille's studio I learned how to really dance within the music, how to listen instead of hear the music, and how to use my body to interpret rhythm. He gave me the individual attention that every dancer needs to progress in their dancing and take it to another level. And finally all of those great social dancers in New York that still inspire me.

CONNY: My mentor and main tutor, is a Surinam salsa teacher from Amsterdam, Hedwig Bijde. He has a dance school, "La Clave es la Llave". He was the first and only one, who could really explain the Latin music and how to dance on it, to me. He showed me the way to the NYC salsa scene!!
In the clubs in NY, I have a lot of great examples, but my first big example was Rosa Collantes. When I started, I had set my goal to dance like her.
In general, I like the style of the Bronx NuYorican girls A LOT!
As a teacher, I thank everything to Nelson Flores and Delille Thomas. As a choreographer, I am inspired by Descarga Latina (Nelson Flores), Karisma Dancers (Victor & Amanda) and Yamulee (Osmar & April).


6-When you're dancing, what's going through your head? What are you thinking?
OSCAR: when I'm dancing socially, I first asses the ability of my partner during the introduction of the song, this only takes three to four measures. From that point on, I focus on the music. Every song is a new journey and my job is to get as much out of it as possible. In order to achieve this, I listen to what the music is telling me and adjust my leading and style to the music; I focus on the breaks in the music, solos, and the rhythm section.

CONNY: When I dance, I learned not to think too much. I leave the thinking up to the guys! I enjoy the music and the words of the song and just try to be playful and to catch all the leads my partner gives me.

 

7-What do you think of the standard of dancing in the Belgium in general?
OSCAR & CONNY: The amount of dancers in Belgium has increased due to factors like better music played by DJ's, more teachers and the increasing interest in salsa congresses. Sadly this has yet to translate into better dancers overall. We believe that the females have outpaced the male dancers in Belgium. The male dancers in Paris and Holland for example have made great strides into becoming fluent dancers, especially on "2".


8-What about your workshops and classes?
OSCAR & CONNY: In our workshops and classes we focus first on the understanding of the music, second on proper leading & following techniques, and third in style.

We teach every Sunday, Tuesday and Thursday in Brussels. We have Beginners, Intermediate and Advanced classes. Beginning of this year, Oscar has been teaching 8 classes of cha-cha-cha. That was a lot of fun. Cha-cha-cha is very easy, but still a lot of people find it very difficult to dance it well!


9-How do you think that we at salsabelgique can contribute to the salsa scene?
OSCAR & CONNY: Salsabelgique can keep the salsa community informed on current upcoming activities. Maybe they could even give a description of every dance school?
They could try to bring the people of the different dance schools closer together, so everybody can meet and we can be one big happy salsa family!! And of course many thanks for the June Brussels incredibly high quality 1st salsa congress…

Traduction FR

1 – Quand avez-vous commencé à danser?

O: Je danse depuis mon plus jeune âge, mais j’ai commence à danser sur le “2” après avoir rencontré mon épouse pendant l’été de 1996. Depuis lors, nous dansons en couple.
C: J’ai commencé à prendre des cours de salsa fin 1993 lorsque j’ai découvert De Pianofabriek. Mais je bougeais déjà sur le rythme de la salsa et du merengue au Cartagena (salsa bar à Bruxelles) et lors des festivals d’été depuis le début des années 90.

2 – Combien de temps vous a-t-il fallu pour donner des cours?

O: J’ai commence à enseigner en 1998 avec Conny à Bruxelles après avoir pris des cours intensifs avec Eddie Torres Durant plus d’un an.
C: En janvier 1994, notre prof de salsa du Pianofabriek m’a demandé de l’assister au cours, ce que j’ai fait pendant 2 ans et demi. Ensuite, j’ai assisté Yamilet Jarvis, un prof et chorégraphe de salsa cubaine, et ce durant plus d’un an. C’est en avril 1997 que j’ai débuté ma carrière de prof de salsa.

3 – Dans quelle mesure la salsa a-t-elle changé depuis vos débuts ?

O+C: Lorsque nous avons commencé, la Newyorkaine “2” commençait à se répandre au-delà des frontières américaines mais elle restait quand même très limitée. Pour la plupart des Européens, Cuba et la Colombie étaient les seuls pays à produire la musique salsa et à danser la salsa. La fièvre des congrès salsa ne s’était pas encore répandue à l’époque, et Timba était la tendance musicale actuelle de Cuba.
Aujourd’hui, le milieu de la salsa a beaucoup mûri; partout dans le monde on peut assister à des congrès salsa. L’Europe et le reste du monde ont découvert que la salsa s’était installée à New York et qu’on y danse sur le “2”.
Un autre point positif dans le milieu de la salsa a été la naissance et la maturation des DJ’s salsa qui se sont rendus compte qu’on produisait de la bonne musique salsa à New York.

4- J’aimerais bien savoir lesquelles différences vous observez dans le fait de danser sur des rythmes varies (le “1”, le “2”,…). Quel impact est-ce que cela peut avoir sur votre façon de danser lorsque vous dansez sur le “2”? De quelle façon écoutez vous alors la musique ?

O: Danser sur le “2” me donne la possibilité de danser sur la trame basique de la musique qui est donnée par la clave, les congas et le bass dans la salsa. Les gens qui dansent sur le “1” écoutent plutôt la trame mélodieuse de la musique mais passent à côté de l’essence et de la richesse que le fondement de la musique - càd. le rythme - donne. Cette façon d’écouter la musique te permet plus facilement de jouer avec le rythme. On a ainsi la possibilité d’improviser sur la piste de danse tout comme le font les musiciens lorsqu’ils jouent un solo.

C: Quand j’analyse la musique pendant que je danse, j’entends beaucoup mieux le ‘upbeat’ : 2-4-6-8. Si je mets alors l’accent sur ces temps-là en dansant, j’ai l’impression de danser de façon beaucoup plus détendue que lorsque je dois suivre les temps des ‘downbeat’ 1-3-5-7. Lorsqu’une personne danse de façon plus détendue, la danse est plus jolie à voir.

5- Qui vous a inspiré le plus dans le monde de la salsa?

O : J’ai commencé à danser sur le « 2 » avec Eddie Torres, il a été ma première inspiration. C’est avec lui que j’ai appris une grande partie des pas que je continue à utiliser jusqu’aujourd’hui : ses cours m’ont servis de bonne base. La personne qui m’a le plus influencé dans ma façon de danser est Delille Thomas. Dans son studio j’ai appris comment je pouvais réellement entrer dans la musique en dansant, comment il fallait que j’écoute la musique au lieu de simplement l’entendre, et comment je devais utiliser mon corps pour interpréter le rythme. Il m’a donné l’attention particulière dont chaque danseur a besoin afin de pouvoir progresser et améliorer son niveau. Et finalement, il y a tous ces super danseurs lors des sorties à New York qui continuent à m’inspirer.

C : La personne qui m’a le plus influencée est un prof de salsa Suriname d’Amsterdam, Hedwig Bijde. Il a une école de danse, « La Clave es la Llave » : Il a été le premier et unique à vraiment pouvoir m’expliquer la musique latino et comment on la danse. C’est lui qui m’a ouvert la porte vers le milieu de la salsa NYC !
Dans les clubs à NY, il y a beaucoup de personnes qui me servent d’exemple, mais mon premier exemple était Rosa Collantes. Lorsque j’ai commencé, mon but était de danser comme elle.
En général, j’aime beaucoup le style des Bronx NuYorican girls. En tant que prof, je dois tout à Nelson Flores et Delille Thomas. En tant que chorégraphe, je suis inspirée par Descarga Latina (Nelson Flores), Karisma Dancers (Victor & Amanda) et Yamulee (Osmar & April).

6 – A quoi pensez-vous lorsque vous dansez ?

O : Quand je danse lors d’une soirée, je mesure d’abord les capacités de mon partenaire pendant l’intro de la chanson; cela ne prend que 3 ou 4 mesures. A partir de ce moment-là, je me concentre sur la musique. Chaque chanson est un nouveau voyage et mon travail est de rendre ce voyage le plus agréable possible. Afin d’y arriver, j’écoute ce que la musique me raconte et j’adapte mon style et ma façon de guider à la musique. Je me concentre sur les moments d’arrêt, les solos et la section de rythme.

C : J’ai appris à ne pas réfléchir de trop quand je danse. Je laisse cela aux garçons ! Je me laisse séduire par la musique et les paroles de la chanson et j’essaie simplement de jouer tout en suivant les indications de mon partenaire.

 

7– Que pensez-vous du niveau de danse en Belgique en général ?

O&C : Le nombre de danseurs en Belgique a augmenté grâce au fait que les DJ’s jouent de la meilleure musique, mais aussi grâce aux plus grand nombre de profs et à l’intérêt toujours croissant que les gens portent pour les congrès de salsa. Mais ceci doit encore se traduire par de meilleurs danseurs. Nous croyons qu’en Belgique il y a plus de bonnes danseuses que de bons danseurs. Les danseurs à Paris et aux Pays-Bas par exemple ont beaucoup plus progressés pour devenir excellents, surtout sur le « 2 ».

8– Qu’en est-il de vos workshops et cours ?

O&C : Dans nos workshops et cours nous nous concentrons d’abord sur la compréhension de la musique, ensuite sur les techniques dans la façon de guider et de suivre, et en troisième lieu sur le style.
Nous donnons cours tous les mardis, jeudis et dimanches à Bruxelles. Nous proposons des cours débutants, moyens et avancés. Au début de cette année, Oscar a donné 8 cours de cha-cha. C’était très chouette. Le cha-cha est très facile et pourtant beaucoup de gens éprouvent des difficultés à bien le danser.

9– Selon vous, dans quel sens SALSABELGIQUE peut-il être le plus utile au milieu salsa ?

O&C : SALSABELGIQUE peut continuer à informer les salseros et salseras des activités à venir. Peut-être le site pourrait-il même donner une description de chaque école de danse ?
Ils pourraient essayer de rapprocher les gens des différentes écoles de danse, ainsi tout le monde se connaîtrait et on serait une grande famille salsa ! Et bien sûr un tout grand merci pour l’organisation du premier Summersalsa Congrès , un congrès d’une haute qualité !



Salsa lessen in Leuven, Brussel, Mechelen & Antwerpen